« Il n’y a d’art que pour et par autrui » : comment les apprenants sont co-auteurs des œuvres filmiques

scenar

L’enseignant-didacticien de français langue étrangère qui exploite et pense l’exploitation du cinéma pour favoriser l’apprentissage, que nous nous permettons de nommer en faisant un néologisme « ciné-didacticien », se doit d’avoir certaines connaissances sur les processus cognitifs liés au cinéma. Il doit, en autres, avoir conscience qu’il n’y a pas une bonne interprétation d’un film, de son sens mais que chaque apprenant va participer à créer le sens d’un film. Lire la suite

Comment les apprenants comprennent-ils les films que nous leur projetons ? Que se passe-t-il dans leur cerveau ?

capture

Depuis les années 1980, les films ont envahit nos salles de classe. Aujourd’hui, les films, courts-métrages et séries créés à des fins pédagogiques sont présents dans la majorité des méthodes de FLE que nous utilisons. Nous sommes aussi extrêmement nombreux à exploiter des films ou des courts-métrages francophones pour enseigner la langue-culture cible.

Ainsi, il n’est pas rare que nos apprenants se retrouvent confrontés à des documents filmiques. Mais comment les comprennent-ils ? Lire la suite

Cinéma et perspective actionnelle : un exemple de projet

tournage

En 2010, nous avons inscrit l’un de nos enseignements dans la perspective actionnelle (Conseil de l’Europe, 2001), perspective aussi qualifiée de communic’actionnelle (Bourguignon, 2006). Nous avons réalisé un projet cinématographique avec des apprenants adolescents vénézuéliens ayant un niveau B1-B2 en français. Ce projet leur a surtout permis de développer leur compétence de compréhension et d’expression orales.

Notre projet comprenait les étapes suivantes. Pour commencer, nous sensibilisions les apprenants au domaine du cinéma. Ensuite, nous les invitions à appréhender le mouvement cinématographique français de la Nouvelle Vague  via une focalisation sur le réalisateur Jean-Luc Godard et trois de ses films. Les apprenants participaient à des activités de théâtralisation d’extraits, écrivaient un scénario avec les personnages des films abordés et réalisaient leur propre court métrage.

Environ 36 heures ont été nécessaires à la réalisation de ce projet. Les apprenants qui y ont participé se sont montrés motivés et investis. Pour eux, toutes les tâches qui leur ont été proposées avaient du sens. Elle leur permettait de produire leur film. Chaque apprenant avait un rôle spécifique à jouer quant à la réalisation de cette création. Lire la suite