Autour du travail. Démissionner.

démissionner

Cette année, certains de nos étudiants de l’université Lille 3 nous ont proposé des séances pédagogiques basées sur des extraits de films ou de séries. Parmi elles, nous retenons celle d’Alan Gama, futur enseignant de FLE, ayant créé un cours où il exploite un extrait d’une série sur le monde du travail et du cinéma.

Cet extrait est issu de la saison 1 de la série « Dix pour cent », créée par Fanny Herrero et supervisée par le cinéaste Cédric Klapisch. Avec cette série, nous pénétrons dans les coulisses d’une agence d’acteurs parisienne, subissant de nombreux remaniements suite à la mort de son fondateur. Dans l’extrait choisit par Alan, une assistante démissionne. Voici donc une séquence pédagogique fort intéressante pour tous les enseignants de FLE qui souhaitent travailler sur le monde du travail avec leurs apprenants. Lire la suite

Le cinéma pour « vivre la langue »

le-cinema-pour-vivre-la-langue

Depuis bien longtemps, nous invitons nos apprenants à faire des films pour apprendre le français. Une des premières universités françaises à mettre en place des projets autour du cinéma est l’université de Vincennes. Pour mieux comprendre les enjeux de l’utilisation du cinéma avec nos apprenants, nous nous proposons de revenir sur cette entrée du cinéma dans la classe de FLE. Lire la suite

« Ma vie rêvée en France / Ma réalité »

ma-vie-revee

Bien souvent, pour travailler l’expression orale, les enseignants demandent à leurs apprenants de préparer des exposés. Ce qui conduit, malheureusement, nombre d’entre eux à apprendre par cœur les écrits de leur préparation. Et nous nous retrouvons face à des productions orales qui ne résultent en réalité que de simples mémorisations d’écrits. Or mémoriser un écrit qui est ensuite récité équivaut-il à produire de l’oral ?

Ce qui est indéniable c’est que ce type d’exercice sert à approfondir la maîtrise de la correspondance graphie-phonie. Toutefois, il n’engendre  pas de production orale spontanée. Or la vidéo semble permettre de travailler l’oral de manière privilégiée. Pour réaliser une vidéo, les apprenants ne doivent pas mémoriser de long discours préalablement écrit. Ils peuvent s’entraîner à l’oral. Et les séquences tournées sont généralement relativement courtes. Ce qui permet des improvisations.

C’est pourquoi, si vous souhaitez travailler l’oral, nous vous conseillons de recourir à la vidéo. Pour se faire, vous pouvez vous inscrire dans une Perspective Actionnelle, adopter une pédagogie du projet. Lire la suite

Rédiger la biographie d’un réalisateur

pasolini

Les apprenants de niveau A2 doivent être capables de maîtriser, à l’oral comme à l’écrit, les temps du récit. Il faut qu’ils aient, entre autres, bien assimilé l’alternance entre le passé composé et l’imparfait. Et cela pour pouvoir établir des biographies, raconter des épisodes de vies.

Lorsque nos apprenants maîtrisent ces temps, on les invite généralement à se mettre en situation de production. Et nombre d’entre nous leur proposons de rédiger leur propre biographie. Or cette tâche ravira à coup sûr les apprenants les plus narcissiques ou ceux ayant une âme de conteur et prenant plaisir à mettre en lumière les rebondissements trépidants de leur vie, à la manière d’un scénario dont ils seraient les héros. Cependant, il n’est pas rare que certains de nos apprenants ne parviennent pas à écrire plus de quelques lignes ; peut-être parce qu’ils n’ont pas fait d’étude, pas travaillé ou qu’ils ne voient tout simplement pas ce qu’ils pourraient raconter de leur parcours. Coucher sa vie sur papier n’est pas aisé pour tous. Alors pourquoi ne pas leur proposer de rédiger la biographie d’un réalisateur qu’ils affectionnent particulièrement ? Lire la suite

3 bons sites où trouver des critiques de films

critique-1

En tant qu’enseignants de FLE, nous sommes souvent amenés à exploiter des critiques de films. Lorsque nous avons des apprenants de niveau A2, nous devons leur permettre d’être capables de donner leur avis sur des films en les conduisant à pouvoir se référer à un domaine qui fait partie de leur quotidien et de celui de tous, celui du septième art. Quand nos apprenants ont un niveau B1-B2, ils doivent développer une capacité critique quant à cet art, être capables de débattre autour de ce champ, de films.

Pour développer ces compétences, nous recourons souvent aux critiques de films qui se trouvent dans nos méthodes mais nous pouvons aussi en trouver sur des sites internet. Ce qui nous permet de sélectionner des critiques de films qui nous semblent plus appropriées pour nos apprenants et concernent par exemple des films récents, en salles ou cultes du cinéma français.

Voici trois sites où vous pourrez trouver des critiques de films exploitables en l’état ou à pédagogiser et à simplifier selon le niveau de vos apprenants : Lire la suite

Film et théâtre-forum en classe de FLE

theatre-4

Cela fait plus d’un demi-siècle que les apports des interactions simulées pour l’apprentissage des Langues Etrangères (LE) ont été mis en avant. Les didacticiens préconisent souvent l’entrée du « je » de l’apprenant dans le « jeu » de la communication. Et il n’est pas rare aujourd’hui que les enseignants demandent à leurs apprenants de participer à des improvisations. Le « je » de l’apprenant trouve dans ces « jeux » un espace où s’exprimer sans frontière. Parmi ces enseignants, désireux de faire vivre à leurs apprenants une parole spontanée et corporalisée, certains n’hésitent pas à recourir au théâtre-forum. Or un bon moyen de mettre sur pied une séance de théâtre-forum dans nos cours est d’exploiter un extrait de film présentant une scène problématique voire conflictuelle. Lire la suite

Cinéma et perspective actionnelle : un exemple de projet

tournage

En 2010, nous avons inscrit l’un de nos enseignements dans la perspective actionnelle (Conseil de l’Europe, 2001), perspective aussi qualifiée de communic’actionnelle (Bourguignon, 2006). Nous avons réalisé un projet cinématographique avec des apprenants adolescents vénézuéliens ayant un niveau B1-B2 en français. Ce projet leur a surtout permis de développer leur compétence de compréhension et d’expression orales.

Notre projet comprenait les étapes suivantes. Pour commencer, nous sensibilisions les apprenants au domaine du cinéma. Ensuite, nous les invitions à appréhender le mouvement cinématographique français de la Nouvelle Vague  via une focalisation sur le réalisateur Jean-Luc Godard et trois de ses films. Les apprenants participaient à des activités de théâtralisation d’extraits, écrivaient un scénario avec les personnages des films abordés et réalisaient leur propre court métrage.

Environ 36 heures ont été nécessaires à la réalisation de ce projet. Les apprenants qui y ont participé se sont montrés motivés et investis. Pour eux, toutes les tâches qui leur ont été proposées avaient du sens. Elle leur permettait de produire leur film. Chaque apprenant avait un rôle spécifique à jouer quant à la réalisation de cette création. Lire la suite